Installer Shaarli sur un serveur web

Shaarli est un logiciel libre permettant de sauvegarder et de partager des liens facilement. Il s’agit d’un service de « social bookmarking » comme pouvait l’être Delicious. Après une brève présentation, je vous explique son fonctionnement : installation, configuration et utilisation.

Présentation de Shaarli

Shaarli est un logiciel libre existant depuis 2011. Il a été créé par Sébastien Sauvage (alias sebsauvage), mais la communauté est désormais en charge du développement. Il est distribué sous la licence zlib/libpng et il contient également des éléments publiés sous d’autres licences.

Shaarli

Shaarli est un service web de marque pages en ligne ou « social bookmarking ». Plutôt que de les sauvegarder dans votre navigateur, vous pouvez les ajouter dans Shaarli et ainsi les retrouver quelque soit l’appareil que vous utilisez. Vous pouvez également vous en servir pour partager des liens avec d’autres personnes.

Installation sur un serveur

Shaarli s’installe sur un serveur web. Ce dernier doit supporter PHP. En revanche, vous n’aurez besoin d’aucune base de données. L’installation se fait rapidement. Il vous suffit de récupérer l’archive de la dernière version, de la décompresser et de placer les fichiers sur votre serveur.

Une fois les fichiers transférés, vous pouvez vous rendre à l’adresse de Shaarli dans votre navigateur. Vous aurez devant vous un formulaire assez simple à remplir. Vous devrez choisir un titre de page, un nom d’utilisateur, un mot de passe, votre langue et indiquer votre fuseau horaire. Voilà, c’est tout. Le logiciel est maintenant opérationnel !

Shaarli : formulaire d'installation

Configuration de l’application

Shaarli possède une interface d’administration vous permettant de changer le thème, d’activer certains plugins ou encore d’importer / exporter vos marques pages.

Shaarli administration

Par défaut, l’application ne possède que deux thèmes : celui d’origine et un autre à l’aspect un peu plus moderne. Ce dernier est celui activé par défaut. Si vous souhaitez utiliser un autre thème, il faudra le créer vous même ou en trouver un compatible avec votre version de Shaarli. Dans la documentation, vous trouverez plusieurs liens vers des thèmes. Cependant, ils semblent pour la plupart abandonnés ; leur compatibilité n’est pas garantie. Personnellement, j’ai opté pour Shaarli Material créé par kalv.

Shaarli Material
Shaarli avec le thème Material

Du côté des plugins, Shaarli en intègre quelques uns comme l’édition de la description des liens en Markdown ou l’activation du suivi avec Matomo. Il est possible d’en ajouter d’autres comme les tweets automatiques de vos liens ou le suivi avec Google Analytics. Là encore, parmi les plugins proposés dans la documentation, plusieurs ne sont plus maintenus.

Utilisation de Shaarli

L’application s’utilise facilement. L’interface principale liste tous les liens que vous avez sauvegardés. Pour chacun d’entre eux, vous aurez des boutons pour les supprimer ou les modifier. Il est possible d’ajouter des liens manuellement avec le bouton « + », en utilisant les bookmarklets ou en utilisant une extension pour vos navigateurs.

Shaarli propose deux bookmarklets : l’un pour partager des liens (en public par défaut) et l’un pour créer rapidement des notes (en privé par défaut). Pour chaque lien ajouté, vous pouvez modifier le titre, la description du lien et ajouter des tags.

Bookmarklet Lien
Bookmarklet Lien
Bookmarklet Note
Bookmarklet Note

Shaarli ou Wallabag ?

Certains penseront que Shaarli peut faire doublon avec Wallabag. Personnellement, j’utilise les deux : je les considère complémentaires. Je sauvegarde les articles que je n’ai pas encore lu sur Wallabag et, si je les trouve suffisamment intéressants, je les partage avec Shaarli. Ainsi, je garde l’un privé tandis que l’autre est en libre accès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.