Blog

Assembler Docker, Traefik, mkcert et WordPress

Je continue mon apprentissage de Docker en ajoutant Traefik. Dans mon précédent article, j’installais WordPress avec Docker Compose, mais comme je le précisais l’installation était basique. Il restait des choses à améliorer, comme l’accès en HTTPS. De plus, la communication avec d’autres outils semblait ne pas fonctionner. Pour que l’utilisation d’un conteneur soit vraiment avantageux, il fallait améliorer ça. Comment s’y prendre ?

Open VSX : une alternative au marketplace de VS Code

Il y a quelques jours, j’ai découvert Open VSX. Je n’arrivais pas à mettre à jour mes extensions dans VS Code ni à les réinstaller si je tentais de les désinstaller. Après avoir posté un ticket sur Github, j’ai été informé d’un changement dans Code OSS pour Archlinux. Il n’utilise plus le marketplace de VS Code, mais Open VSX. Voyons ce que c’est et ce que ça change.

Installer WordPress avec Docker

Pour développer un thème ou un plugin WordPress, il faut que le CMS soit installé en local. Il est évidemment possible de le faire avec un serveur LAMP… mais n’y a-t-il pas plus rapide ? Et, si vous créez plusieurs sites WordPress n’utilisant pas les mêmes plugins ou les mêmes paramètres, n’y-a-t’il pas une manière plus efficace de séparer ces installations ? Docker est peut-être la solution !

Docker et l’utilisation de containers

Récemment, j’ai décidé d’apprendre à développer avec Symfony. Pour avoir un bon aperçu de son fonctionnement, j’ai décidé de suivre les étapes de « The Fast Track » – un tuto disponible sur le site de Symfony. Celui-ci utilise Docker pour la base de données et pour Redis. J’ai donc décidé d’en apprendre davantage sur le fonctionnement de Docker avant d’aller plus loin avec Symfony.